Orff Québec  
Orff, musique pour enfants  
 
ORFF dans le monde
 
 
 
 
Carl Orff et la musique

par Louise Morand

Né à Munich en 1895, Carl Orff est un musicien essentiellement autodidacte. En 1925, il participe à la fondation de la Güntherschule , une école de danse dirigée par Dorothee Günther. Cette artiste, impliquée également dans le domaine de la peinture, du théâtre et de la littérature, tente de créer une éducation par le mouvement organique. Inspirée de Dalcroze, Laban et la gymnastique Mensendieck, elle professe un art où la danse naît de la musique et la musique de la danse.

Carl Orff participe à l’expérience. Il y voit l’occasion de développer une véritable éducation artistique. Avec Gunild Keetman, une élève devenue professeur à l’école Günther, il crée les musiques qui accompagnent la troupe des danseuses. Il intègre le xylophone et la flûte à bec avec d’autres percussions. La musique se veut primitive, essentielle. Il tente de retrouver l’esprit des danses rituelles. La fonction primordiale revient au rythme, facteur d’équilibre entre sentiment et intellect. Il procède par des formules mélodiques simples, des récitatifs, des ostinatos envoûtants, une harmonie pentatonique archaïque.

Durant la deuxième guerre mondiale, la Güntherschule est confisquée par les Nazis puis détruite dans un bombardement. Mais le répertoire développé par Orff et Keetman servira à une série d’émissions de radio visant à promouvoir la musique pour les enfants. Cette émission connaîtra un immense succès jusqu’en 1953. Gunild Keetman sera engagée au Conservatoire Mozarteum de Salzburg pour enseigner à des jeunes âgés entre huit et dix ans. Devant la demande croissante, Klauss Becker se lance dans la construction d’instruments Orff. Il nomme sa compagnie « Studio 49″.

En 1950 la musique créée par Orff et Keetman est publiée aux Éditions Schott en cinq volumes intitulés Musique pour enfants (titre original allemand : Orff-Schulwerk – Musik für Kinder ). Ces volumes ont été traduits et adaptés en anglais par Doreen Hall et Arnold Walter, et en français par Jos Wuytack et Aline Pendletoon-Pelliot. Trois ans plus tard, Keetman fait une démonstration de son travail avec des enfants lors d’un congrès international. C’est la consécration. Les pièces de Orff et Keetman seront enregistrées en 1956-57 sur étiquette Columbia. Les textes seront traduits en plusieurs langues. La pédagogie Orff/Keetman s’imposera rapidement dès lors sur tous les continents.

Retour en haut de page